HOMMAGES A MONSEIGNEUR JEAN DAMASCENE BIMENYIMANA

Les chrétiens participent nombreux aux cérémonies des obsèques de leur cher pasteur

Ce vendredi 16 mars 2018, Monseigneur Jean Damascène BIMENYIMANA, Évêque de Cyangugu, décédé le dimanche 11 mars 2018 a été inhumé dans sa Cathédrale de Cyangugu. Les cérémonies de ses funérailles ont été présidées par Mgr Philippe RU KAMBA, Évêque de Butare et Président de la Conférence Épiscopale du Rwanda. Ont concélébré à cette célébration le Nonce Apostolique au Rwanda, 8 évêques du Burundi, l’Archevêque de Bukavu et 9 Évêques rwandais dont 6 titulaires et 3 émérites ainsi que plus de cinq prêtres provenant de tous les diocèses et des pays voisins. Il y avait aussi de nombreux religieux et religieuses ainsi qu’une multitude de fidèles de toute part. Ont rehaussé ces cérémonies de leur présence aussi les représentants du gouvernement rwandais avec à leur tête le Gouverneur de la province de l’Ouest, M. Alphonse MUNYENTWARI.

Nous voulons vous faire part des messages présentés par différentes personnalités en hommage à Feu Son Excellence Monseigneur Jean Damascène BIMENYIMANA.

  1. Monseigneur Nonce apostolique au Rwanda

Monseigneur Andrzej JOZWOWICZ, Nonce Apostolique au Rwanda, a d’abord transmis le message de condoléance de la part du Pape François qui prie le Seigneur Dieu d’accueillir dans sa lumière Monseigneur Jean Damascène. Il a remercié les personnes qui l’ont accompagné dans la maladie. Le Saint-Père a donné une bénédiction pontificale aux Evêques, chrétiens de Cyangugu et à la famille de Monseigneur Jean Damascène.

Le Nonce a aussi transmis le message de condoléances de la part du Préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples envers l’épiscopat du Rwanda et envers le Diocèse de Cyangugu.

Le Nonce Apostolique a enfin remercié Monseigneur Jean Damascène pour sa vie de chrétien, d’Évêque, d’homme d’Église et très généreux. Le Nonce a terminé en promettant une prière quotidienne pour Monseigneur Jean Damascène. Le Seigneur avait d’autres projets pour lui.

  1. Homélie de Monseigneur Philippe RUKAMBA, président de la conférence épiscopale du Rwanda.

Monseigneur a commencé son Homélie en disant que dire la vie de Monseigneur Jean Damascène  c’est dire la vie d’un homme qui s’est donné entièrement à l’Eglise. Il l’a aimée. Il est né des parents qui lui ont donné dès le départ les valeurs chrétiennes. Il était un homme humble comme sa devise « In humilitate et caritate ». Il savait écouter les autres. Il est comparable à un gros arbre. Les oiseaux viennent y chercher leur abri, on assit en dessous de cet arbre.  Il était un homme honnête, véridique, décisif. Il aimait le travail bien fait. Il s’est donné corps et âme à son Diocèse. Il a fondé beaucoup de paroisses, il fondé le petit séminaire, il a ordonné à peu près quatre vingt prêtres, il a montré sa compassion dans les moments difficiles du tremblement de terre qui a secoué cette région en date du 11 février 2008.

Monseigneur Philippe a terminé son homélie en lui remerciant comment il a dirigé le diocèse de Cyangugu et sa relation au sein des Evêques au Rwanda. Il était un homme joyeux, même dans sa grave maladie.

Message de Monseigneur Thaddée NTIHINYURWA, Archevêque.

L’Archevêque n’était pas présent. Il est en Italie pour des soins médicaux. Par son vicaire général, il envoyé son message. Archevêque a admiré son courage, sa bravoure, son zèle. Il s’est donné corps et âme a l’Eglise jusqu’à sa mort. Il a donné sa force a l’Eglise, dans les grands séminaires. Il a fondé des paroisses.

Tous ceux qui ont prononcé des discours, la famille, Monseigneur Prudence qui a parlé au nom du clergé de Cyangugu, la sœur Beata qui l’a accompagné dans sa maladie, les amis d’Autriche, les Evêques du Burundi, l’Archevêque de Bukavu, le Gouverneur de l’Ouest, Monseigneur Vincent Harolimana, Évêque de Ruhengeri, qui a parlé au nom des Evêques du Rwanda, le message central était la vie extraordinaire de Monseigneur Jean Damascène Bimenyimana. Il a vécu vraiment sa devise « in Humilitate et Caritate ». Il était tellement humble qu’il préparait lui-même ses chaussures pendant qu’il visitait sa famille. C’est sa famille qui en a témoigné. Il connaissait presque tous les gens. Il savait des numéros des téléphones des gens par cœur. Il écoutait toutes les personnes. Il était un homme détaché des biens matériels. Il était un homme du travail bien fait. Il aimait les chrétiens. Il voulait que les prêtres soient proches d’eux.

Du côté du Congo, il était un bon voisin. Il a encouragé beaucoup de célébrations liturgiques ensembles, des rencontres sportives, les femmes qui font du commerce transfrontalière et autres. Il aimait la propreté. Jusqu’à sa mort, il faisait sa propreté. Tout le monde est revenu sur son courage pendant sa maladie.

Bref, la vie de Monseigneur Jean Damascène est un héritage pour nous. Nous perdons un parent, un ami, un voisin, mais nous gagnons un intercesseur auprès du Père.

 

Que son âme repose en paix.