Commission Diocésaine pour l’Apostolat des Intellectuels

La Commission pour l’apostolat des intellectuels comme une commission à part entière relève d’une certaine nouveauté dans les organes pastoraux du Diocèse de Cyangugu. Elle a en effet longtemps fait objet d’un simple volet dans la Commission pour l’Apostolat des laïcs, et elle le reste au niveau de la C.EP.R. Elle cherche à répondre à la question de la place de l’intellectuel dans l’Église et dans la société rwandaise, comme d’ailleurs celle du regard que l’Église porte sur l’intellectuel.

Cette orientation part de la question des intellectuels rwandais au Pape Jean-Paul II lors de sa visite au Rwanda en 1990, qui, selon l’avis du Président de cette Commission, n’a peut-être pas perdu de son actualité. La question des intellectuels s’articule de la façon suivante: « Que [l’Église] nous dise comment vivre l’Évangile selon notre temps et notre environnement. Comment faire de l’Évangile la lampe-torche dans la nuit du douanier, dans la nuit du juge, dans la nuit de l’homme d’affaires et de l’homme politique, dans les tribulations de l’agent de sécurité, dans les cogitations du journaliste et du professeur, etc. ? […] Face à ces problèmes, nous espérons, de la part de Votre Sainteté aussi, une parole qui dissipe notre angoisse devant l’interpellation nouvelle de notre société à notre credo. Alors Votre moisson pastorale aura été abondante au Rwanda »[1].

Cette question renferme en elle-même l’interrogation fondamentale sur le rapport entre foi et raison, entre sainteté et intelligence, entre engagement « politique » actif (au sens de ce qui a trait à la vie sociale, à l’ordre temporel)  et vie chrétienne authentique.

Le Pape Saint Jean-Paul II y apporte une double lumière dans sa réponse à la question des intellectuels dont nous partons : il leur renvoie à la lecture renouvelée de la parole de Dieu et à l’approfondissement du riche enseignement de l’Église.

La Commission, sans prétention d’épuiser tous les efforts que cela demande, se proposera d’aider les intellectuels catholiques – en premier lieu – à aller droit en face de cette double exigence ecclésiale. Ainsi par le biais des conférences et rencontres permanentes entre intellectuels, la Commission Diocésaine  orientera ses engagements et ses activités au tour de certains thèmes-clés:

  • Du rapport inséparable entre foi et raison

– Une étoile « intelligible  » qui ouvre à la foi : « intellectus quaerens fidem »

– De l’intelligence de la foi à la foi de l’intellectuel : « fides quaerens intellectum »

– Foi et intelligence au service de la vérité (Etre « consacrés dans la vérité », Cf. Benoit XVI, Jésus de Nazareth, II):

  1. La vérité sur DIEU
  2. La vérité sur SOI, sur l’HOMME, sur la FAMILLE et sur la VIE
  3. La vérité sur le MONDE
  • L’intellectuel catholique et l’engagement chrétien dans le monde
  1. Pénétrer les réalités temporelles par la lumière de l’Évangile : le monde du travail, de l’éducation, de la fonction publique, des medias
  2. Le service des valeurs
  3. Le service de la charité
  • L’intellectuel rwandais dans l’Église
  1. Le danger de l’indifférentisme religieux au Rwanda : diagnostic, défis et perspectives
  2. La place et le rôle du laïc intellectuel dans la mission de l’Église
  3. Approfondissement de la Parole de Dieu et de l’enseignement de l’Église

Ainsi, brièvement parlant, la Commission Diocésaine pour l’Apostolat des Intellectuels (en abrégé CDAI) poursuit les objectifs suivants:

  1. Aider les intellectuels catholiques à comprendre le rapport mutuel entre foi et raison, entre engagement professionnel et vocation chrétienne à la sainteté
  2. Faire comprendre aux intellectuels leur place et leur rôle dans la vie et le ministère de l’Eglise
  3. Appeler les intellectuels à une lecture approfondie et renouvelée de la Parole de Dieu
  4. Aider les intellectuels à découvrir et à approfondir l’enseignement de l’Eglise que nous puisons dans le Catéchisme de l’Eglise Catholique et dans le Compendium de la Doctrine Sociale de l’Eglise
  5. Chercher à créer un cadre permanent de rencontre et de réflexion sur l’Eglise dans le monde d’aujourd’hui

[1] Discours prononcés à l’occasion de la Visite du Pape Jean-Paul II au Rwanda (7-9 septembre 1990), Pallotti-Presse, Kigali, 1990, p. 43-44.